Normes, labels, certifications : comment s(y retrouver ?

Ces trois termes sont déjà utilisés depuis plusieurs années sur la qualité des biens et services, mais on n’arrive pas souvent à les définir et les distinguer clairement. Dorénavant, ne confondez plus ces trois expressions qui entrent en jeu dans ce domaine du contrôle qualité.

La norme

La norme désigne le référentiel qui renferme les prescriptions qui permettent d’atteindre un certain niveau de qualité d’un bien ou d’un service. Les normes sont établies par des organismes de normalisation qui fait des études minutieuses d’une famille de produit ou du bon fonctionnement d’un service.

Cet organisme de normalisation peut avoir une envergure nationale comme l’AFNOR (Association française de la Normalisation) ou encore internationale comme l’ISO (Organisation internationale de normalisation).

Contrairement à la réglementation, l’application de la norme n’est pas une obligation, quoique la conformité à ces normes soit dans l’intérêt des entreprises, car elles permettent d’optimiser leur façon de travailler ou encore une meilleure allocation de ses ressources.

La certification

La certification désigne l’ensemble du processus d’attestation de conformité d’un bien ou d’un service à la norme en vigueur selon le secteur et aussi selon un critère précis.

Par exemple pour avoir la certification à la norme ISO 9001 relative à la conformité aux normes justifiant la qualité de management d’une entité, le processus se démembre en plusieurs étapes qui visent à instaurer les méthodes de travail stipulées dans ce référentiel.

En réussissant à respecter tous les critères de la norme, l’entreprise peut apposer le logo de la certification en vue de rassurer ses clients ainsi que ses collaborateurs et ses partenaires économiques.

Par contre cette certification peut être retirée à l’enseigne si, au terme du contrôle qualité, les normes n’ont plus été rigoureusement respectées. La culture de l’amélioration continue dans l’entreprise doit donc être inculquer dans chaque employé afin de garder cette certification le plus longtemps possible.

Le label

Les labels sont des étiquettes ou des logos octroyés, par des syndicats de professionnels ou autre organisme que peut être public ou privé, souvent à des produits pour mettre la clientèle en confiance concernant la provenance du produit, de sa méthode de fabrication ou de sa qualité.

Le label s’applique surtout pour garantir que le produit alimentaire ne contient pas d’additifs ou autres produits chimiques, que les animaux qui ont donné lieu au produit sont bien traités, que l’exploitant respecte l’environnement où il exerce dans le but de protéger la région également.

En raison de la liberté des associations à délivrer ce label, il est moins fiable que la certification, car moins encadré. Néanmoins, nombreuses sont les associations qui sont intransigeantes et sérieuses quant au respect des codes qui ont souvent pour but de protéger les consommateurs des produits malsains ou qui ne respectent pas l’environnement.

Aussi, les syndicats des professionnels ont instauré les labels dans le but de se protéger leur part de marché des fabricants « low-cost » ou des contrefaçons. En d’autres termes, le label est devenu un argument commercial qui fonctionne plutôt pas mal en raison que les clients se sentent plus responsables socialement et aussi rassurés en optant pour des produits ayant un label quitte à dépenser quelques euros en plus.